Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Dimanche (23/07/06)
Festival des Arts de la Rue à Archennes.
--> Des photos parmi tant d'autres de l'édition 2006
Les bonimenteurs d'Archennes.

Les bonimenteurs d'Archennes.

Les bonimenteurs d'Archennes.

Les bonimenteurs d'Archennes.

Les incroyables "The Primitives".

The Primitives.

The Primitives.


L'insaisissable débloqueur de spectateurs boûchés ou vice et versa

Le petit modèle hideux.

(http://www.ruedeflorival.be/)
Ecrit par Gabriel Ney & Denis Marion, à 16:56 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Ma petite robe rouge
L'héroïne aime les crèmes glaces.

Ma petite robe rouge

Etait ce jour-là restée au vestiaire...
Mais la voix et la passion étaient venues
Sous les frondaisons du parc
Faire oublier le manque de la tenue
En se laissant à quelques airs,
de ceux que doucement, on remarque.

[C'était au dernier Festival des Arts de la Rue à Archennes, le trio de Pascale Delagnes.
Allez visiter son site en cliquant ici
Essayez son style en cliquant ici]

Le compère de droite.

Le compère de gauche.
Ecrit par Gabriel Ney & Denis Marion, à 16:42 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (09/11/04)
Pecrot, les mesures du ciel
Pecrot, les mesures du ciel
Ecrit par Denis Marion et Gabriel Ney, à 20:07 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (26/03/04)
Les acteurs

Les acteurs sont en scènes. Certains bayent aux corneilles. D'autres conversent avec le parterre. Aucun ne fait ce qu'il doit: s'envoler...
Ecrit par Denis Marion et Gabriel Ney, à 19:30 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mercredi (14/01/04)
Ils en ont pour l'éternité...
--> à Pecrot ou ailleurs

 

Vous croyez réellement que vous serez encore quelqu'un...

Et pendant ce temps-là sur ou En savoir plus sur du Théâtre Poétique

Ecrit par gabrielney, à 19:36 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (12/01/04)
Autour d'une tasse de café...



Ecrit par gabrielney, à 19:39 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Tournés vers le même but...



Ecrit par gabrielney, à 19:37 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Jeudi (30/10/03)
Un si joli village
--> Nethen
Ecrit par gabrielney, à 19:13 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (19/04/03)
Louisa et Edmond au paradis.
Louisa est morte. A un âge presque canonique... Louisa est morte et va frapper à la porte du paradis.
(Ce n'est pas que j'y croie mais cela cadre bien avec le personnage)

Louisa est morte donc et va frapper à la porte du paradis. Elle qui justifiait de sa vertu en évoquant la masse de travail qu'ils avaient abattue, son mari et elle, pourra certainement y trouver une place, se dit-elle...

Travailleuse, elle l'était et sans nulle doute mais vertueuse, l'était-elle? Point de patience, ni de tolérance en tous les cas... Toujours le mot pour égratigner une voisine et lui dire son fait au nom de la vérité ou de sa vérité.
Et impérieuse avec cela... Le pauvre Edmond, son mari, était son souffre-douleur.

"Edmond, vous n'avez pas encore fini?"
"Edmond, vous n'avez pas encore commencé?"
"Edmond, vous êtes en retard..."
"D'accord, Edmond, il fait nuit, vous dormez mais il pleut. Alors, allez donc rentrer les bacs à fleurs avant que les géraniums, eux, ne soient couchés."
"D'accord, Edmond, c'est dimanche mais ce n'est pas une raison pour ne pas retrousser ses manches."

Alors, Edmond, a préféré partir. Il est mort depuis longtemps et a trouvé une place au paradis. (On lui devait bien ça).
Alors, quand une bonne âme lui raconte que Louisa frappe à la porte du grand pêcheur, il panique l'Edmond. Il ne sait plus à quel saint se vouer...
Se faire houspiller tout le jour, surtout qu'il est éternel, il ne voit ça d'un bon oeil, l'Edmond.
Et puis ne sait jamais avec les administrations...
Elle ne devra peut-être même pas faire un seul jour de purgatoire, Louisa. Et sur le tard, elle a commencé à prier avec ferveur, peut-être pas à faire le bien mais à prier certainement. Rien n'était trop beau pour le salut de son âme. Elle a accumulé les indulgences. Vous verrez; elle entrera sans pénitence.

Edmond ne veut pas réveiller les vieux démons. Edmond préfère quitter cette "terre" d'asile. Il part en exil. Il part en enfer parce que même ça, ce sera le paradis, si Louisa n'y est pas...

Moralité:
Eviter le repos éternel si votre conjoint est un poison.

samedi 19 avril 2003
Ecrit par gabrielney, à 21:25 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (11/04/03)
Des histoires....
Au fil du temps, j'espère alimenter cette rubrique avec de courtes histoires, totalement insignifiantes sauf pour leurs acteurs...
Ecrit par gabrielney, à 08:37 dans la rubrique La chronique d'un village.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)